Accueil À la une Développement de l’écosystème industriel algérien : Bomare Company ouvre la voie

Développement de l’écosystème industriel algérien : Bomare Company ouvre la voie

PARTAGER

L’université doit absolument participer à la création de l’écosystème industriel à l’aune des nouvelles orientations préconisées par les pouvoirs publics.

Le plus gros de la manne financière qui permet de créer des entreprises via l’Ansej ne va pas aux diplômés universitaires. L’on indique que le taux attribué aux jeunes qui sortent des campus ne dépasse guère les 1%; une bien infime part constate-t-on. L’université de Blida, appuyée par un ambitieux programme d’encouragement du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique inverse, désormais, la vapeur. Dans le creuset de la Mitidja qui compte également des unités industrielles de poids, un laboratoire de recherche et développement est créé dans l’enceinte de l’université Saâd Dahlab.
Ce dernier a pour ambition de répondre aux attentes des industriels et d’accompagner les producteurs nationaux, notamment ceux versés dans les technologies de pointe, à l’instar de Bomare Company spécialisée dans la production de téléviseurs et de smartphones.
Le laboratoire de robotique de l’université Saâd Dahlab vient en effet de bénéficier d’une machine servant à la production de toutes sortes de cartes pour appareils comme les smartphones, les smart TV, et autres dispositifs qui participent au confort ménager.
Cet outil de dernière génération et à la pointe de la technologie a été gracieusement offert par le géant américain Universal System à l’université de Blida.
Un partenariat à trois lie dans ce cadre Bomare Company, Universal System et l’université Saâd Dahleb. «L’intégration industrielle ne peut se passer de l’apport de l’université et de la recherche et développement» a précisé Ali Boumédiène premier responsable de Bomare Company et dont l’entreprise qui exporte déjà vers trois Etats: deux pays européens et un pays africain, ambitionne d’atteindre à l’horizon 2020 un taux d’intégration de l’ordre de 75%.
«La ligne d’insertion de carte fournie à l’université de Blida nous permettra d’atteindre nos objectifs qui consistent à produire 300 000 smartphones par an et de dépasser le seuil des 45% d’intégration», a souligné Ali Boumédiène qui annonce la production par Bomare Company de 3 millions de smartphones et de 1,5 million de téléviseurs en 2020. Le même intervenant a ajouté que la production nationale et particulièrement l’électronique «made in Algérie» ne pourront pas à terme se contenter de l’assemblage et devront recourir à l’apport nécessaire des chercheurs et des développeurs et autres porteurs de projets innovants.
La recherche scientifique doit finalement occuper le milieu industriel et l’on annonce à ce titre la création du doctorat en entreprise, lequel permet nécessairement l’innovation et le développement technologique.
Il s’agit de prévoir la création de milliers d’entreprises innovantes pour relever le challenge des nouveaux choix économiques.

Par: Salim BENALIA

Source: www.lexpressiondz.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here