Accueil À la une Africa CEO Forum : la transformation industrielle et technologique de l’Afrique en...

Africa CEO Forum : la transformation industrielle et technologique de l’Afrique en débat

PARTAGER

Quelque 1.500 chefs d’entreprises, investisseurs et des responsables gouvernementaux dont les chefs d’Etat Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Emmerson Mnangagwa (Zimbabwe) et Nana Addo Dankwa Akufo-Addo (Ghana) ont pris part à l’ouverture hier de la 6ème édition de The Africa CEO Forum, consacré cette année à participent la transformation industrielle de l’Afrique.

 

Le président ivoirien Alassane Ouattara a résumé dans son allocution à l’ouverture du forum, les faiblesses du continent africain qui ne compte que « 400 entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse un milliard de dollars ».

A l’occasion de  e forum, la SFI (Société financière internationale, la filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé) a rendu public un rapport sur la situation économique en Afrique. Ce rapport intitulé « construire l’avenir de l’Afrique : des marchés et des opportunités pour les investisseurs privés »,  les rédacteurs du rapport constatent qu’avec +1,3 %, l’Afrique avait enregistré en 2016 la hausse la plus faible de son PIB depuis deux décennies. En 2017, la croissance est remontée à +2,4 % et devrait, à moins d’un accident, poursuivre sa progression (à +3,2 % en 2018) pour atteindre 3,6 % en 2020 et de constater que les opportunités en Afrique découlent de facteurs qui ne se limitent pas à la stabilité des prix des matières premières, mais incluent les tendances démographiques favorables, les réformes économiques en cours, les investissements dans les infrastructures…

Notons que le forum est organisé sur deux jours ; 26 et 27 mars. Il sera clôturé par la remise du prix « Most promising company of the year », qui récompense les meilleurs start-up du continent

Cinq start-up seront en compétition : le marocain Omniup, qui propose un accès wifi gratuit moyennant le visionnage d’une publicité ; le sénégalais InTouch, qui propose une plateforme de mobile money ; le kenyan Twiga Foods, qui joue les intermédiaires entre producteurs et revendeurs pour les denrées agricoles, le kenyan Africa’s Talking Ltd, qui propose des services de communication (SMS, échanges vocaux..) et enfin le nigérian Thrive-Agric, qui propose notamment des solutions technologiques pour améliorer les rendements agricoles.

Algerie-Eco

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here