Accueil À la une Relation Algéro-Italienne : vers un investissements productifs

Relation Algéro-Italienne : vers un investissements productifs

PARTAGER

Interrogé, en marge de sa visite aux locaux de la GN moto, sur les mesures prises par l’Algérie pour réguler le marché du commerce extérieur, l’ambassadeur d’Italie à Alger a indiqué : « Nous sommes en faveur de la libéralisation des échanges. Et j’espère qu’il s’agit juste de mesures provisoires ».

 

En effet, l’ambassadeur d’Italie, Pasquale Ferrara, a affirmé que de : «nombreuses délégations du constructeur italien ont été reçues, ces derniers mois, par les autorités algériennes, pour discuter la faisabilité de ce projet ambitieux».

Le diplomate a ajouté qu’aujourd’hui  : «c’est le groupe Fiat qui doit prendre une décision finale pour l’aboutissement du projet d’assemblage automobile, à l’issue d’un conseil d’administration qui aura lieu prochainement».

Dans le sillage des relations commerciales entre les deux pays caractérisées par les restrictions des importations, l’ambassadeur précisera que : «l’Italie reste le premier partenaire commercial de l’Algérie avec environ 9 milliards de dollars d’échanges, l’Italie est le premier client de l’Algérie en matière d’importation de gaz, tandis que de notre côté on exporte énormément d’équipements industriels qui contribuent au fonctionnement de la production algérienne».

Néanmoins, il tiendra à signaler que : «Le marché algérien est le premier en Afrique pour le fabricant chocolatier Ferrero. Celui-ci y a investi plus 80 millions d’euros et créé plus de 1.000 postes d’emploi dans la distribution et la vente, aussi nous regrettons le fait que celui-ci doive baisser le rideau».

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here